Montagne Technique

La sécurité en montagne

Voici quelques conseils pour une sortie en montagne réussie que ce soit pour de la randonnée pédestre, une sortie en raquettes ou toute autre activité outdoor. Que faire pour préparer la sortie ? Les bons réflexes à avoir ou comment gérer un accident.

La sécurité en montagne est une chose qu’il ne faut pas prendre à la légère. Un accident est vite arrivé et quand vous partez à plusieurs la sécurité de tous les membres du groupe doit être une priorité. Il y a donc quelques principes souvent simples à respecter. Le tout est de les connaître et d’avoir bien préparé sa sortie pour que tout se passe le mieux possible.

Avant une sortie

  • Bien choisir votre activité en fonction de votre niveau physique
  • L’itinéraire choisi doit être adapté à votre niveau technique et votre niveau physique
  • Consulter la météo locale (les offices de tourisme proposent en général un bulletin météo complet)
  • Bien étudier le parcours sur une carte détaillée pour une randonnée pédestre. Préférer une carte au 1/25000 qui sera plus précise. On peut aussi consulter les topos sur internet en plus d’un topo papier pour comparer les descriptions.
  • Toujours prévenir quelqu’un de votre programme : lieu de départ, lieu de retour, parcours prévu…
  • Ne pas partir seul, quelle que soit l’activité
  • Prendre un portable mais pensez que certaines zones ne sont pas couvertes. Pensez à le recharger avant de partir. Attention au froid qui réduit la vie de la batterie.

La bonne attitude pour une bonne sécurité

  • Bien se renseigner sur le site que vous allez découvrir et le niveau de difficulté
  • Si vous êtes débutant dans une activités, il est préférable de la découvrir accompagné d’un professionnel habilité comme un accompagnateur ou un guide. Il vous apportera la sécurité et pourra vous donner des conseils qu’on ne trouve pas sur internet ou dans les livres. Il connaîtra en plus très bien les lieux et vous fera découvrir votre environnement.
  • Si vous avez surestimé vos capacités ou que la météo n’est pas bonne, il faut savoir renoncer pour ne pas se mettre en danger. On pourra toujours revenir plus tard.
  • Si vous essayez d’atteindre un sommet, il faut prévoir un horaire au delà duquel il faudra faire demi tour et s’y tenir. Ceci est particulièrement vrai quand il y a de la neige qui peut fondre ou durcir selon l’exposition.
  • Vérifier votre matériel et prévoir un matériel adapté à l’activité choisie : on ne monte pas sur un sommet enneigé en tongs… Le passage de glacier peut nécessiter des crampons, un piolet et une corde…
  • Le port du casque est conseillé pour certaines activités : vtt, via-ferrata, escalade… ce n’est pas un équipement qu’il faut négliger surtout que les prix ont bien baissé ces dernières années
  • Vérifier que votre assurance prend en charge l’activité pratiquée. La plupart des assurances proposent maintenant des assurances complémentaires pour les sports de nature.

Les accessoires indispensables au fond du sac

  • Gourde remplie d’une taille raisonnable
  • Vêtements adaptés en n’oubliant pas que la météo peut rapidement changer : pull, veste de pluie…
  • Crème solaire, casquette, lunettes
  • Trousse de premier secours
  • Couverture de survie
  • Lampe frontale (même si vous ne partez que pour quelques heures)
  • Sifflet : il permet de se faire repérer si on est perdu ou bloqué
  • Carte, boussole et altimètre
  • Téléphone portable
  • Couteau suisse
  • Nouritture avec de la réserve au cas où la sortie (randonnée, canyon, vtt) dure plus longtemps que prévu

Vous pouvez aussi consulter cet article sur le matériel de randonnée.

Pendant une randonnée

Gestion de l’effort

Ne pas partir trop vite. Apprendre à gérer le départ pour ne pas s’épuiser.

Gestion de l’eau

Il faudra boire tout au long de la randonnée et si possible par petites gorgées régulières. Il faut aussi boire avant d’avoir soir car quand on ressent les premiers signes de soif, il est déjà trop tard. Il faudra donc prévoir suffisamment d’eau en fonction de la longueur de la randonnée et prévoir une réserve en plus. Pour boire régulièrement sans avoir à poser son sac, il peut être intéressant d’utiliser une poche à eau avec le tuyau attaché à la bretelle du sac à dos. On peut ainsi boire en continuant à marcher.

Respect des sentiers

Des sentiers balisés ont été tracés (et balisés) par des bénévoles. Il convient de donc de bien suivre ces sentiers et de ne pas couper pour ne pas abimer les alentours. Quand il y a du monde en dessous de vous, faites bien attentions aux pierres qui pourraient rouler et tomber sur les gens.

Les névés

Attention aux névés qui peuvent être plus ou moins durs en fonction de la saison et de l’heure à laquelle vous le traversez. Un ou deux bâtons de marche peuvent aider à traverser les névés les plus raides. Si vous pouvez faire le tour, il est préférable de ne pas traverser le névé.

la pluie

Si les risques de pluie sont important il faudra faire très attention. Un petit ruisseau peut devenir un torrent de boue en cas de forte pluie. Le sol peut devenir très glissant et poser problème si la pente est sévère. Pensez toujours qu’il faudra repasser par l’endroit où on se trouve dans le cas d’un aller/retour.

Le brouillard

Si vous vous faites surprendre par le brouillard ou les nuages, il peut devenir très difficile de s’orienter. Une bousole, un altimètre et une carte détaillée de la zone sont alors très utiles. Un GPS qui aura enregistré le parcours pourra aussi vous rendre service grâce à la fonction « retour par l’itinéraire de l’aller ». Le GPS va vous indiquer le chemin à suivre pour retrouver le chemin utilisé à l’aller.

Détritus

Cela parait évident et ce n’est pas vraiment de la sécurité mais il ne faut pas laisser ses déchets dans la nature. Donc prévoir un sac poubelle ou une poche pour tout ramener à la voiture.

Gérer un accident

En cas d’accident, il ne faut pas abandonner la personne blessée et la maintenir au chaud (les couvertures de survie et les vêtements chauds sont là pour ça). Si vous n’êtes que deux, il faudra quand même aller chercher du secours après avoir bien repéré la zone, mis la personne blessée dans un endroit abrité (du vent, de la pluie, du soleil). Si on a pas le choix on laissera la victime seule mais l’objectif est d’avoir une personne qui reste avec le blessé et une autre qui prévient les secours. Là encore, le GPS pourra être utile pour mieux repérer la victime lors du retour avec les secours ou pour indiquer précisément sa position aux gendarmes ou pompiers.

Les secours auront besoin des informations suivantes :

  • Nature de l’accident et nombre de victimes
  • Gravité des blessures (saignement, inconscience, fractures…)
  • Lieu de l’accident (altitude, coordonnées gps si possible) et accès : plateau, crevasse, forêt, sommet…
  • Quels sont les premiers soins qui ont été prodigués à la victime
  • Conditions météo de l’endroit
  • Votre nom et votre numéro de téléphone si vous appelez d’un portable

Des stages de premiers secours peuvent être suivis et pourront être utiles en cas d’accident grave.

A consulter

Similar Posts:

Xavier Argeles
Je fais des randonnées depuis 1995 en France et partout dans le monde. J'ai fais le GR 20 en 2006 et le trek du Laugavergur en Islande en 2015. Administrateur de randozone, j'essaye de partager cette passion avec vous.
http://www.randozone.com

2 thoughts on “La sécurité en montagne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *