Alpinisme

Course féminine aux 8.000 mètres : le défi a-t-il encore un sens ?

lepoint.fr – Après la réussite de l’ascension de l’Annapurna (8091 m) le 27 avril dernier, Oh Eun-Sun rentre dans l’histoire comme la première femme à avoir réussi l’ascension des 14 plus hauts sommets de la planète. Une réussite qui fait enfler la polémique autour des méthodes de la Coréenne.

« Il ne s’agit plus de réussir à tout prix, en employant des artifices financiers, techniques (oxygène, cordes, fixes, dopage). C’est le style qui prime et pas le sommet », clamait, lors des Piolets d’or 2009 à Chamonix, Peter Habeler, premier homme à atteindre l’Everest sans oxygène, avec Reinhold Messner, en 1978. Face au rouleau compresseur sud-coréen, Oh Eun-Sun, son message fait figure de coup d’épée dans la neige fondue. En matière de défi sportif, la machine médiatique ne retient souvent que le premier arrivé. Oh Eun-Sun est la première femme au monde à gravir les quatorze sommets de 8.000 mètres. C’est elle, effectivement, qui entre dans l’histoire, à côté de Reinhold Messner, premier chez les hommes à décrocher le Graal en 1986 et sans oxygène. Si l’exploit humain est indéniable, faire prévaloir le chronomètre sur un terrain aussi hors norme que la montagne est un non-sens.

Lire la suite de l’article

Similar Posts:

Xavier Argeles

Je fais des randonnées depuis 1995 en France et partout dans le monde. J’ai fais le GR 20 en 2006 et le trek du Laugavergur en Islande en 2015. Administrateur de randozone, j’essaye de partager cette passion avec vous.

http://www.randozone.com

One thought on “Course féminine aux 8.000 mètres : le défi a-t-il encore un sens ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *